x
اخر ألاخبار    الحداثة واقع اجتماعي ومنهج نقدي : حوار أجراه محمد الداهي       Hommage à Mohammed Berrada : Mhamed Dahi       تقديم كتاب " التفاعل الفني والأدبي في الشعر الرقمي" ، د.محمد الداهي       النغمة المواكبة .. كتاب جماعي محكم عن المفكر والروائي عبدالله العروي       لكل بداية دهشتها، محمد الداهي       استراتيجيات الحوار بين التفاعل والإقصاء في كتاب " صورة الآنا والأخر في السرد" لمحمد الداهي       مغامرة الرواية تطلعا إلى المواطنة التخييلية- د. محمد الداهي       La fictionnalisation de soi dans le roman arabe Mhamed Dahi       من البرولتاريا إلى البرونتاريا رهانات التغيير الثقافي -د.محمد الداهي       تطلعات الملاحق الثقافية بالمغرب. د.محمد الداهي    
« Deux journées » Lu par Rachida Afilal

Le roman « deux journées »  -latifa halom -tout comme « tawk al hamama » du grand Ibn Hazm, est le fruit d'une inspiration toute particulière, profondément marqué dans le cœur de la romancière et dont l'effet a été plus qu'insufflateur; fruit de l'inspiration d'une amie vivement présente dans le tumulte du quotidien et sa monotonie accablante (La photo jointe de ma collègue la romancière Latifa Halim département de la littérature arabe,univresité Mohamed V Rabat Maroc)

Le roman «  deux journées »  -latifa halom -tout comme « tawk al hamama » du grand Ibn Hazm, est le fruit d'une inspiration toute particulière, profondément marqué dans le cœur de la romancière et dont l'effet a été plus qu'insufflateur; fruit de l'inspiration d'une amie vivement présente dans le tumulte du quotidien et sa monotonie accablante! 
A Montréal, la ville choyée de la romancière d'où elle a décidé d'envoyer un simple mail à son amie Raghda, les événements prennent la forme d'un tourbillon martelant où toute une journée n'a pas suffi pour rédiger et envoyer ce fameux mail ! Fameux car il sera à l'origine du roman et constituera le fil conducteur du récit !
De part son titre déjà, le roman « deux journées » est plus qu'original. Tout se passe et se relate en deux jours, le temps d'un roman ! Entre l'écriture du mail et son envoi,  la romancière nous livre des séquences intermittentes de sa vie, de celle de sa famille, de sa communauté, de son peuple où le personnel, le social et le politique se concordent, se juxtaposent, s'interpellent se mêlent et se démêlent  pour donner à des événements réels  une note fictive douce, enveloppante et captivante.
Au fil des pages, les faits se profilent et se succèdent dans un enchantement saccadé où l'historique, l'imaginaire, le rationnel et l'affectif s'épousent, s'enlacent, s'embrassent, se séparent dans des élans tendres, coquins et déchainés. Cet aspect de l'art de  raconter de la romancière déstabilise le lecteur dans ses croyances, fragilise ses convictions et rompt avec son mode de pensées et son pré appréciation de l'art d'écrire et de relater. Sans vouloir délibérément être une critique le roman invite le lecteur à se libérer d'un style romancier pré requis pour adhérer à une nouvelle façon de raconter dans une brutalité douce et attachante!
Dès lors, la romancière évoque la mémoire dans un mouvement continu, voyage  alterné,  va et vient ininterrompu  mais constamment renouvelé entre Montréal, Chicago, Fès, ...villes sublimes, villes aimées usant de diverses techniques littéraires qui donnent au lecteur une sensation de mouvements frénétiques le laissant en haleine. Tablant sur la transcendance et la bipolarité, le texte est ainsi à l'heure de la mondialisation où dissemblance, diversité, conformité, hétérogénéité et homogénéité  se bercent, s'entrelacent, se combinent sans pour autant s'assimiler.
Dénoyauter ce texte pour démêler les fils enchevêtrés des événements racontés dans un style novateur où l'arabe classique et la darija se coudoient  élégamment sans se heurter,  met en haleine le lecteur entrainé dans un flot tourbillonné où la recherche d'un moment de répit est continue. Le passé s'entremêle et s'immisce ainsi dans le présent sans nuire pour autant  à l'esthétique du texte ni rompre avec la logique de l'art de raconter qui reste le point fort de la romancière.
Dans « deux journées », l'imaginaire, les personnages, le retour furtif mais récurrent  à l'histoire, le ra de marrée entre le réel et le fictif dans une symbiose légère mais profonde... mettent le lecteur devant la difficulté de classifier ce texte : s'agit-il d'un roman  classique, d'un roman historique, d'une gymnastique intellectuelle acrobatique, d'un texte de zajal, d'un documentaire... ? Nul ne peut trancher ! Ce roman est certes tout ça à la fois ! Cette dimension est certes voulue et exprime plus d'une signification artistique. Jouer avec le temps, l'espace, le langage, les personnages avec intelligence et sournoiserie, la romancière en a fait son style, déjà développé d'ailleurs dans son premier roman « dounia jat »
«  Deux journées » fait émerger une façon d'exprimer se voulant novatrice et audacieuse. Cette tendance se concrétise par exemple dans les obstacles dressés par la police et qui empêchent la femme enceinte en plein contractions de passer ou encore dans la voix incitatrice du poète révolté et indomptable à la page 39.
«  Deux journées » traduit un moment de recul remettant à jour des moments terribles de l'histoire de notre cher  Maroc ; des moments dont l'impact sur la vie culturelle et artistique est de nos jours  bien profond.  Sortir de la reproduction et emporter le lecteur dans l'enchantement et la magie des événements a été un challenge gagné à coup de sournoiserie de coquetterie et de noblesse de la parole.

الكاتب: محمد الداهي بتاريخ: الأربعاء 19-09-2012 07:40 أ•أˆأ‡أچأ‡  الزوار: 2888    التعليقات: 0